Prendre le bon bus : yes we can !

Retour sur un choix technique murement réfléchi.

A l’origine, le développement de la gamme I400 était un choix de conception autour d’une structure modulaire et d’une architecture répartie qui impliquait la mise en œuvre d’un réseau.

CAN_bus1

Une étude comparative des différentes solutions disponibles sur le marché a abouti au choix du bus CAN.
Le bus CAN a été développé pour les applications automobiles.
Les normes antipollution, la sécurité et le confort des utilisateurs entraînant une augmentation constante des fonctions présentes dans les véhicules et un besoin de mise en commun et d’échange d’informations entre les différents systèmes.

CAN_bus2

 

  • CAN est intégré dans un grand nombre de microcontrôleurs, son coût de mise en œuvre est réduit.
  • Les mécanismes garantissant l’intégrité  du transfert des données sont intégrés au hardware (processus de ré-interrogation/retransmission automatiques).
  • La couche logicielle CANOpen en fait un véritable bus de terrain.

 En ce qui concerne les instruments destinés à des usages réglementés, le cryptage des données échangées sur le réseau permet la déconnexion/reconnexion des modules sans bris de scellements.

Cette possibilité a été mise à profit pour les balances intégrées dans les guichets postaux.

Ces instruments sont composés de 3 modules interconnectés :

  • Un transmetteur.
  • Un afficheur numérique destiné au préposé, solidaire de la balance.
  • Un afficheur graphique déporté destiné au client, posé sur le guichet et qui constitue l’indication principale  de l’instrument.  Cet afficheur peut être déconnecté lors de l’installation afin de faciliter les opérations de câblage.

CAN_bus3